Cet article a été publié dans la revue N° 134

Bien des crispations se nouent et perdurent dans une école en mal de Refondation : Marseille, Toulouse, Rouen, La Rochelle, Nantes, Niort, Mayotte, … ainsi s’allonge de jour en jour la liste des inspections académiques et des rectorats où tensions et conflits s’égrènent et s’accumulent entre dasen, recteurs et IEN au point de se demander jusqu’à quel point la rupture n’est pas déjà pour partie consommée.

Collègues quittant la salle de réunion pour marquer leur désapprobation sur des méthodes ou sur les pratiques autoritaristes, mesures vexatoires ou ostracisées, suppression ou retrait de mission départementale pour la donner sans explication à un autre,  comportements irascibles jusqu’à en jeter son téléphone par terre, en pleine réunion, et agonir d’injures les collaborateurs proches, pressions, bidouillages dans le découpage des circonscriptions pour pousser dehors celles ou ceux qui ont eu le tort de refuser l’obséquiosité attendue inhérente aux parcours individuels, enlèvement par le dasen de documents et dossiers de circonscription, en cours d’année, sans prévenir et sans motif, … autant de mesures vexatoires, de sanctions déguisées dont on ne compte plus les exemples et les dérapages, au point qu’il est permis de s’interroger sur les conceptions managériales de l’encadrement « supérieur-supérieur » à l’éducation nationale, et si ne perdure pas un peu trop le schéma qui voudrait qu’un dasen dans son département, c’est comme un prof dans sa classe : autorité intellectuelle et gourou qui vous délivrera connaissance et gratifications contre vassalisation et obéissance.

Arrêtons-nous un instant sur les savantes dichotomies entre encadrement intermédiaire et encadrement supérieur, telles qu’elles furent posées dans le répertoire des métiers de l’Education ( cf article de Jean-Pierre Véran « la division du travail d’encadrement : quel avenir pour l’inspection pédagogique ? » blog Médiapart 22/3/2013) : « L’inspecteur [territorial] n’est-il jamais qu’un super-prof, quand un cadre [supérieur] est quelqu’un qui sait administrer, manager, faire autorité ? »

Certes la refondation de l’école a mobilisé tous les inspecteurs, les petits comme les grands, mais à quel prix. Toute la question est de savoir si sur le terrain, le pilotage d’une réforme doit s’opérer sur un modèle « patronal » imprégné du concept marxiste du 19ème siècle, à savoir le «patron dit », et les IEN font, parfois sous la férule d’un Ien-adjoint assis entre deux chaises et tenaillé par sa schizophrénie, ou s’il ne conviendrait pas d’envisager un management rénové, respectueux des acteurs dans la forme comme sur le fond.

La circulaire de rentrée 2014 en appelle résolument à une « rénovation des pratiques » dans « une école sereine et accueillante ». Rien ne dit que cela doive se limiter aux seules pratiques de classe, dans la seule relation entre l’enseignant et ses élèves, entre le savoir et l’apprenant, entre les parents et les enseignants. Peut-on vraiment croire que l’école sera rénovée si au sein même de l’encadrement on laisse perdurer les pratiques descendantes chères à certains de nos caciques plus soucieux de conduire leur propre carrière que d’œuvrer pour la réussite des élèves et la sérénité  de tous, collaborateurs compris, dans la confiance et l’égal respect des uns et des autres, dans la cohérence et la transparence, dans l’harmonie et dans la concertation participative.

Nos ministres se suivent et se ressemblent au moins sur un point : la capacité à pommader en remerciant globalement l’encadrement pour le travail réalisé. Ne boudons pas cette reconnaissance ( ?!) puisque les IEN y sont associés. Mais il y a de quoi s’inquiéter du climat délétère qui s’étend aujourd’hui dans nombre de rectorats et d’inspections académiques.
Gageons seulement que derrière les propos apaisants de notre nouvelle ministre, madame Vallaud-Belkacem dans sa lettre du 8 septembre, se dessine bien la prise de conscience d’un réel problème au sein de l’encadrement et de l’urgence à agir avant d’en arriver à la fracture.

Consultez la revue N° 134

Strony internetowe

Paramétrages de cookies

×

Cookies fonctionnels

Ce site utilise des cookies pour assurer son bon fonctionnement et ne peuvent pas être désactivés de nos systèmes. Nous ne les utilisons pas à des fins publicitaires. Si ces cookies sont bloqués, certaines parties du site ne pourront pas fonctionner.

Mesure d'audience

Ce site utilise des cookies de mesure et d’analyse d’audience, tels que Google Analytics et Google Ads, afin d’évaluer et d’améliorer notre site internet.

    Contenus interactifs

    Ce site utilise des composants tiers, tels que ReCAPTCHA, Google Maps, MailChimp ou Calameo, qui peuvent déposer des cookies sur votre machine. Si vous décider de bloquer un composant, le contenu ne s’affichera pas

    Réseaux sociaux/Vidéos

    Des plug-ins de réseaux sociaux et de vidéos, qui exploitent des cookies, sont présents sur ce site web. Ils permettent d’améliorer la convivialité et la promotion du site grâce à différentes interactions sociales.

    Autres cookies

    Ce CMS Joomla utilise un certain nombre de cookies pour gérer par exemple les sessions utilisateurs.

    Activation

    Fields cannot be empty