DGESCO1

Le 23 août à 10:30, notre fédération a été invitée au ministère par le nouveau directeur de la DGESCO Édouard GEFFRAY qui a succédé pendant l’été à Jean-Marc HUART.

 Une délégation fédérale de l'UNSA Education reçue par le nouveau DGESCO, Edouard Geffray

Édouard GEFFRAY était entouré de Xavier TURION, adjoint au Directeur général et de Rachel-Marie PRADEILLES-DUVAL. Il s’agissait d’une prise de contact, d’une première rencontre afin de faire le point sur le climat de la rentrée. La délégation de l’UNSA Éducation était conduite par Frédéric MARCHAND (Secrétaire général de l’UNSA-Éducation) accompagné de Morgane Verviers, (Secrétaire nationale UNSA Éducation), de Claire KREPPER, (Secrétaire nationale du SE UNSA), de Philippe Vincent, (Secrétaire général SNPDEN UNSA) et Alain MARIE, (Secrétaire général SNIA IPR UNSA). Notre organisation était représentée par Franck MONTUELLE.


Permettant d’exposer clairement les positions de notre fédération sur les différents sujets de cette rentrée, la rencontre s’est déroulée dans un climat plutôt serein d’écoute mutuelle. Le nouveau Directeur général s’est montré très attentif à nos remarques et suggestions, convenant des points de vigilance sur lesquels nous avons appelé son attention.
Les échanges ont été particulièrement riches et il s’avère difficile d’en rendre compte de manière exhaustive.
Nous avons insisté sur la nécessité d’un pilotage national plus souple induisant plus de fluidité lors des opérations de contrôle qui ont pu, ces temps derniers, relever de la caricature en induisant ici ou là d’inutiles tensions ou des crispations contreproductives.


Nous avons fait part de nos inquiétudes concernant la généralisation des PIAL, tout en réaffirmant notre soutien aux politiques d’inclusion scolaire. En nous défiant de la précipitation ou de la marche forcée, nous suggérons le développement d’une stratégie de communication renforcée pour les enseignants comme pour les familles. Nous avons aussi insisté sur les nécessaires moyens à mobiliser pour mettre en oeuvre ce dispositif.


En rappelant que les textes sur l’apprentissage, d’une part, et la certification, d’autre part, ne sont pas encore parus, nous avons également évoqué concrètement la réforme des lycées ainsi que la transformation de la voie professionnelle en exprimant nos inquiétudes quant à la mise en place du contrôle continu.


À propos des préconisations du « rapport CHARVET », nous avons également évoqué le devenir incertain de l’orientation qui connaît actuellement de profondes transformations. Nous considérons qu’il faut absolument éviter que l’orientation post-Bac soit progressivement figée en fin de seconde. Les choix opérés ne doit pas devenir « des choix enfermants ».


À été également abordée, la question de l’évaluation systématique, par les académies, des établissements scolaires telle que Thierry BOSSARD l’envisage. Rappelant que nous approuvons cette nécessité, nous insistons sur l’importance d’une «coconstruction des indicateurs». Nous rappelons qu’il faudra évaluer 7800 unités. Les deux organisations représentatives des corps d’inspection territoriale ont affirmé que, compte tenu de la liste des missions qui leur sont actuellement assignées, il sera concrètement impossible aux corps d’inspection de répondre à une telle commande sans une profonde révision des textes définissant leur missions.


En ce qui concerne les évaluations nationales, nous convenons de leur utilité en relevant les efforts de la DEPP pour améliorer les protocoles et les supports. Nous soulignons la nécessité de se revoir avant le lancement de l’édition 2019/2020. Il faudra probablement rendre les résultats plus lisibles, plus exploitables en améliorant l’accès aux données pour les enseignants comme pour les familles.
Enfin, à propos des REP, REP+ et zones rurales, et particulier du rapport « Politiques éducatives et territoires » (MATHIOT, AZEMA), nous apprenons que le texte est encore en cours de finalisation, sa publication n’est probablement pas à attendre pour les prochaines semaines de rentrée. Les arbitrages ne seront certainement pas rendus très rapidement.

Joomla Extensions

Paramétrages de cookies

×

Cookies fonctionnels

Ce site utilise des cookies pour assurer son bon fonctionnement et ne peuvent pas être désactivés de nos systèmes. Nous ne les utilisons pas à des fins publicitaires. Si ces cookies sont bloqués, certaines parties du site ne pourront pas fonctionner.

Mesure d'audience

Ce site utilise des cookies de mesure et d’analyse d’audience, tels que Google Analytics et Google Ads, afin d’évaluer et d’améliorer notre site internet.

    Contenus interactifs

    Ce site utilise des composants tiers, tels que ReCAPTCHA, Google Maps, MailChimp ou Calameo, qui peuvent déposer des cookies sur votre machine. Si vous décider de bloquer un composant, le contenu ne s’affichera pas

    Réseaux sociaux/Vidéos

    Des plug-ins de réseaux sociaux et de vidéos, qui exploitent des cookies, sont présents sur ce site web. Ils permettent d’améliorer la convivialité et la promotion du site grâce à différentes interactions sociales.

    Autres cookies

    Ce CMS Joomla utilise un certain nombre de cookies pour gérer par exemple les sessions utilisateurs.