Les propos introductifs du responsable académique du SI.EN dans le cadre d'une audience accordée par le recteure de Lille traduisent bien le malaise profond que ressentent les inspecteurs aujourd'hui. Dans tous les départements, dans toutes les académies, à tous les niveaux et dans toutes les spécialités, les tensions s'accroissent ; face à ce constat le SI.EN se refuse à baisser les bras et engage tous les syndiqués à reprendre les termes de ces propos en les adaptant à la situation locale.

Si la prime de résultat octroyée aux recteurs dépend du nombre de suppressions de postes, nul doute que la rectrice de LILLE mérite le billet d'honneur et la prime de 22000 euros qui va avec.

A Nantes aussi, le responsable académique du SI.EN s'adresse au recteur pour rappeler les conditions dans lesquelles les IEN seraient susceptibles d'accepter de participer au regroupement interacadémique.

 

Lire le courrier

Une nouvelle fois, le recteur de la Réunion a décidé de faire fi de tout conseil et de toute observation : il a clairement exprimé son intention de supprimer des postes de conseillers pédagogiques. Cette attaque de grande ampleur vis-à-vis de collaborateurs directs dont les inspecteurs ont un absolu besoin pour assurer leurs missions sur des territoires particulièrement complexes a conduit le SI.EN académique à réagir avec la plus grande fermeté. Celle-ci a été apprécié des conseillers pédagogiques et des syndicats d'enseignants. Ne croyez pas cependant que le recteur soit "inconscient" ; il a tellement bien mesuré la gravité de cette mesure qu'il a tenté d'en rejeter la responsabilité sur le IEN eux-mêmes ! Le national a dénoncé aussi bien la mesure que la démarche auprès des instances ministérielles. Il soutient fermement l'action entreprise par la section académique.

 

Lire la lettre adressée au recteur par les responsables locaux du SI.EN-UNSA Education

Appliquant les consignes nationales en cette affaire, nos collègues de Rouen ont signifié au recteur leur refus de partciper au séminaire interacadémique si les frais engendrés n'étaient pas pris en charge en amont du regroupement.

 

 Madame le Recteur,

 

Nous avons eu l’occasion, l’année scolaire passée, de vous informer des difficultés qu’un déplacement pour un séminaire à Nantes avait suscitées.

 

Nous avons le regret de vous informer que nous retrouvons cette année une situation analogue pour une réunion qui doit se dérouler à Nantes, le jeudi 15 février 2011 de 10 heures à 17 heures.

 

Tous les inspecteurs n’ont pas encore reçu leur convocation, mais nous avons été témoins aujourd’hui du fort mécontentement que génère ce projet.

Après avoir analysé l’ensemble des griefs exprimés par nos collègues, le bureau académique de notre syndicat a donc décidé de vous informer qu’il appelle les inspecteurs chargés d’une circonscription du Premier Degré à ne pas se rendre à Nantes le 15 février prochain pour les raison suivantes :

 

1.    Le trajet important (plus 700 kilomètres, aller et retour) nécessite la réservation d’une chambre d’hôtel. Les inspecteurs se refusent à avancer ces frais et suivent en ce sens le mot d’ordre national déposé par le SI-EN-UNSA.

2.    Les  convocations tardives pour cette réunion, qui ne sont  pas encore parvenues dans toutes les circonscriptions, vont bouleverser des engagements multiples pris par les inspecteurs.

3.    L’éloignement de la réunion, et en conséquence les frais engagés, apparaissent déraisonnables alors que l’on insiste sur les économies nécessaires et que la croissance verte occupe tous les esprits.

 

Si les inspecteurs ne mettent pas en doute le bien fondé de cette réunion, ils demandent que le principe des téléconférences soit développé et, qu’à défaut, les lieux des réunions soient choisis afin d’éviter des déplacements très dispendieux pour l’environnement comme sur les plans humains et financiers.

 

Nous nous tenons à votre disposition pour connaître votre avis sur ces questions et vous présenter de vive voix notre point de vue.

Paramétrages de cookies

×

Cookies fonctionnels

Ce site utilise des cookies pour assurer son bon fonctionnement et ne peuvent pas être désactivés de nos systèmes. Nous ne les utilisons pas à des fins publicitaires. Si ces cookies sont bloqués, certaines parties du site ne pourront pas fonctionner.

Contenus interactifs

Ce site utilise des composants tiers, tels que NotAllowedScriptReCAPTCHA, Google Maps, MailChimp ou Calameo, qui peuvent déposer des cookies sur votre machine. Si vous décider de bloquer un composant, le contenu ne s’affichera pas

Autres cookies

Ce CMS Joomla utilise un certain nombre de cookies pour gérer par exemple les sessions utilisateurs.