Dehors

Plusieurs académies nous alertent sur une situation qui risque d’être difficile à gérer, tant pour les inspecteurs que pour les directeurs d’école : le remplacement des vacataires "remerciés" au début des vacances d'hiver.

Mise à jour (réactions) le 07-02

 Interruption des contrats des vacataires : une démarche injuste qui dégradera la qualité de l'enseignement

Il a été annoncé aux inspecteurs que « le ministère » s’opposerait au maintien des contrats des vacataires assurant des remplacements dans les écoles pendant les vacances d’hiver. Si cette mesure peut avoir un fondement économique compréhensible, elle risque pourtant de poser de sérieuses difficultés. En effet, il est parallèlement évoqué la possibilité pour les personnels fragiles de rester en ASA jusqu’en avril. Dès lors, leur remplacement devra être assuré au retour des vacances et il faudra procéder en urgence à de nouveaux recrutements. On peut comprendre que la situation semble numériquement acceptable (il pourrait y avoir, si le recrutement se passe de manière très satisfaisante, un enseignant devant chaque classe), mais les tensions que nous connaissons avec des parents qui déplorent, légitimement, le manque de stabilité des enseignants devant les élèves deviennent de plus en plus fortes et affectent les inspecteurs dans leur travail. Il est à noter que cette difficulté est aussi fortement ressentie par les directeurs d’école.

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Réactions

 

Pour information plus de 170 classes non remplacées cette semaine en dans le département... Seuls 14 contractuels ont pu être recrutés en raison de la précarité du contrat ... Si ceux-ci étaient prolongés jusqu'en fin d'année scolaire nous n'aurions probablement moins de mal à trouver des personnes à recruter ...

Les équipes sont épuisées, les secrétariats d'IEN font l'objet d'agressions verbales de la part des parents, parfois même des collègues qui ne savent plus comment tenir avec le protocole et le non brassage ...

 

 

 

Je réagis consécutivement à l'article paru sur le site du SIEN dans lequel je me retrouve totalement.

Nous sommes effectivement un certain nombre, je dirai même plutôt un nombre certain à appréhender le retour des vacances de février qui marque la fin des contractuels.

Pour ma part, cinq d'entre eux sont en renfort sur ma circonscription, des affectations au fil des semaines durant la période 2 et en début de période 3. Face à l'ensemble de ces difficultés remontées à plusieurs reprises -dès octobre, la DSDEN a mis également à disposition une brigade départementale jusqu'à cette date butoir également. Nous avons été entendus au niveau du DASEN, même si ces affectations sont arrivées tardivement.

Toutefois, malgré le renfort de ces 6 ETP, je ne parviens pas à assurer les remplacements longs : certes ceux des personnels vulnérables ne pouvant être devant élèves, mais aussi les CLM, CLD et congés maternité (précédés de congés pathologiques ou prolongés -la crise actuelle n'y étant étrangère de mon point de vue). Je ne parviens pas à assurer les journées dues aux Directeurs d'école de petite structure (3 classes et moins - au titre des 10 journées annuelles) et il arrive régulièrement que les 1/4 de décharge ne soient plus assurés, de la même façon pour les absences "ordinaires" (enfant malade, etc). Je suis en permanence contraint de déplacer des brigades sur des écoles de petites structures où une voire deux absences ne permettent plus d'accueillir les élèves dans d'acceptables conditions (ex : écoles à 3 classes).

C'est un travail anxiogène, chronophage quotidien avec les secrétaires pleinement investis dans cette mission. Il faut aussi ici souligner leur implication, mais aussi l'absence de sérénité dans cette gestion qui ne satisfait personne.

Fort heureusement, dans la grande majorité des situations, les directeurs et équipes en place s'organisent en interne. Je sais pouvoir compter sur eux et les en remercie régulièrement. Les familles me contactent régulièrement (mél, tél) pour exiger qu'il y aient un enseignant pour leurs enfants. Comment ne pas leur donner raison ? En tant qu'IEN, nous faisons tampon et explicitons le contexte exceptionnel actuel, mais ces arguments trouvent souvent peu d'écho.

La rentrée des vacances de février sera sous extrême tension. La projection faite à ce jour, devrait laisser un potentiel d'environ 9 situations que je ne serai plus en mesure de remplacer. La situation actuelle globalement stabilisée -bien que déficitaire, ne sera plus gérable à la rentrée.

Prolonger les contrats des vacataires s'avère indispensable, mais il faut être réaliste. Un certain nombre d'entre eux ne souhaitera pas prolonger afin d'être disponible pour préparer le CRPE, chose qu'on peut comprendre aisément. D'autre part, quelques-uns ont déjà anticipé une autre orientation puisque d'emblée, il leur a été dit que leur contrat n'ira pas au-delà du 20 février. Ils ont déjà trouvé du travail par ailleurs à partir de cette date.

Il conviendrait donc soit de prolonger les contrats, soit de reprendre le recrutement. Notons également la charge de travail supplémentaire pour les CPC que je missionne dans un bref accompagnement de ces personnels qui n'ont aucune expérience du métier. Cet accompagnement consiste au niveau de la circonscription à une rencontre dans les 10 premiers jours puis ensuite une visite en classe mais aussi une disponibilité à distance pour toute aide et conseil.

Je tenais à porter à ta connaissance ces éléments et te remercie vivement pour l'appui déterminant que le SI.EN UNSA pourra engager afin d'obtenir gain de cause auprès du MEN et des recteurs.

Il en va de la qualité de l'enseignement pour nos écoles publiques.

 

 

 

Paramétrages de cookies

×

Cookies fonctionnels

Ce site utilise des cookies pour assurer son bon fonctionnement et ne peuvent pas être désactivés de nos systèmes. Nous ne les utilisons pas à des fins publicitaires. Si ces cookies sont bloqués, certaines parties du site ne pourront pas fonctionner.

Contenus interactifs

Ce site utilise des composants tiers, tels que NotAllowedScript6145629b8f17bReCAPTCHA, Google Maps, MailChimp ou Calameo, qui peuvent déposer des cookies sur votre machine. Si vous décider de bloquer un composant, le contenu ne s’affichera pas

Autres cookies

Ce CMS Joomla utilise un certain nombre de cookies pour gérer par exemple les sessions utilisateurs.