1968special mini

Dans un document confidentiel communiqué à ses seuls adhérents en mars 1969, le SNIDEN rendait compte des analyses et des propositions formulées dans le cadre des commissions ministérielles auxquelles il participait. Ces textes portant notamment sur la formation et sur la rénovation pédagogique constituaient les documents de travail des commissions qui s'étaient réunies dès la rentrée de septembre 1968. Ils se concrétisèrent en septembre 1969 par la mise en place du tiers temps pédagogique (arrêté du 7/8/1969 et circulaire du 2/9/1969).

On trouvera ci-dessous quelques extraits significatifs relatifs à la rénovation pédagogique mais on pourra aussi consulter l'intégralité de ce bulletin spécial.

Un demi-siècle plus tard, il est permis de se demander si certains éléments ne sont pas encore d’actualité… une permanence qui peut caractériser au choix une forme d’utopie, d’impuissance ou simplement d’enracinement dans l’idéal humaniste de l’Ecole.


Finalités de l’école élémentaire 

La réforme de la pédagogie à l’école élémentaire s’opère à trois niveaux : 

- au niveau biologique, elle entend régler la vie scolaire et l’action éducative sur le développement physique et psychologique de l’enfant : de là le "tiers-temps", la place faite à l’EPS et aux activités d’éveil ;

- au niveau de l’instruction, subordonnant la transmission de connaissances au développement d’aptitudes, habitudes et attitudes, elle substitue au référentiel livresque traditionnel la vie moderne elle-même, le but essentiel restant naturellement de munir les enfants des techniques d’expression, de communication et d’acquisition du savoir ;

- au niveau de l’éducation, elle tend à transférer progressivement à l’enfant lui-même la responsabilité de sa propre formation, à modifier la relation élève-maître dans le sens d’un dialogue démocratique, à instituer la coopération et l’éducation mutuelle entre les élèves, enfin à instaurer une collaboration concertée entre les adultes responsables de l’éducation, parents, maîtres, animateurs de loisirs, etc…


Organisation de l’école élémentaire 

L’importance des redoublements est un des défauts majeurs de l’école française dès le niveau élémentaire. Toute rénovation pédagogique doit se proposer de les faire disparaître. Cela suppose une meilleure formation initiale et surtout une formation permanente des maîtres mais aussi une individualisation de l’enseignement aussi poussée que le permet un enseignement nécessairement collectif. 

Dans chaque division de l’école élémentaire… il ne s’agira plus de consommer un programme annuel de classe mais de faire progresser les enfants à leur propre pas. Les élèves lents auront la possibilité d’accomplir cette progression en 6 années. Les plus rapides pourront voir accélérer d’un an leur passage au premier cycle… Il ne saurait donc plus y avoir de redoublement. 

Le travail en équipe des maîtres devra rendre possible la transmission de tous les renseignements susceptibles de caractériser les élèves. On rappelle à cet effet le caractère obligatoire du livret scolaire qui devrait suivre l’élève tout au cours de la scolarité primaire. 

Des épreuves objectives en français et en mathématiques… devront permettre de suivre de trimestre en trimestre l’évolution des élèves et de composer les sous-groupes nécessaires. Une banque nationale de semblables épreuves devra être constituée et les maîtres devront être formés à leur usage. 

Le service des maîtres est de 30 heures. Il comprend d’une part 27 heures de présence aux élèves et d’autre part 3 heures hebdomadaires consacrées au travail en équipe et à la formation permanente.


Pédagogie des mathématiques


Alors que l'appel formulé dans la circulaire du 2/9/1969 pour un "mouvement novateur d'expérimentation et de recherche" allait se traduire par un élan extraordinaire associant tous les enseignants à réfléchir à l'enseignement des "maths modernes", une publicité parue en juin 1968 dans le n°93 du bulletin du SNIDEN en portait déjà témoignage.

On trouvera ci-dessous ce document resté longtemps enfoui sous les pavés de mai 68 : un examen minutieux par nos experts archéopédagogiques a permis de conclure qu'il s'agissait bien là de la version originale de méthodes que certains présentent aujourd'hui comme venant de Singapour où qui sont vendues sous le label Montessori.

1968 pub5
Après la guerre, la renaissance du syndicat des inspectrices et des inspecteurs de l'Enseignement Primaire et des Ecoles Maternelles de France et des Colonies...

Le syndicat a son siège 3 rue Récamier à Paris dans l'immeuble où se trouve aujourd'hui encore la Ligue Française de l'Enseignement et de l'Education permanente qui s'y est installée en 1909.


N°08 - 1946
1946 08 mini

N°10 - 1946

1946 10 mini

N°21 - 1950
1950 21 mini

N°22 - 1950
1950 22 mini

N°23 - 1950
1950 23 mini

N°24 - 1950
1950 24 mini



1968 : les combats du syndicat national des inspectrices et des inspecteurs départementaux de l'Education Nationale...

Le syndicat a son siège 10 rue de Solférino à Paris, haut lieu du syndicalisme. En 1934, la Fédération générale des fonctionnaires de la CGT était devenue propriétaire des lieux. Mais, dès 1940, le régime de Vichy ordonna la dissolution des syndicats de fonctionnaires, mesure assortie de la confiscation de leurs biens. Ainsi « libéré », l’immeuble devint durant l’Occupation, le siège du ministère de l’Information chargé de la propagande du régime. Le 18 août 1944, au cours de l’insurrection parisienne, des résistants, issus du syndicalisme fonctionnaire de la clandestinité, reprirent « leur » immeuble les armes à la main, lors de combats avec les miliciens encore déterminés à en découdre. Si bien que, de 1944 à 1978, le 10 rue de Solférino retrouva son identité syndicale des années 1930, accueillant le mouvement syndical des fonctionnaires CGT puis, après la scission de 1948, les syndicats issus de la CGT (UGFF-CGT, FGF-FO et FEN).
  

N°92 - Mars 1968

1968 92 mini

N°93 - Juin 1968

1968 93 mini

N°94 - Sept 1968

1968 94 mini

N°95 - Déc 1968

1968 95 mini

1966-1976

1966 1976 mini

N°98 - Sept 1969

1969 98b mini

Mars 1969
1968special mini


Comptes rendus de commissions minstérielles


Document confidentiel communiqué par le SNIDEN à ses seuls adhérents en mars 1969. On y trouve les analyses et les propositions relatives à la formation et à rénovation pédagogique qui ont immédiatement suivi les événements de mai 1968 et qui se sont concrétisées à la rentrée 1969 par la mise en place du tiers temps pédagogique.
Un demi-siècle plus tard, il est permis de se demander si certains éléments ne sont pas encore d’actualité… une permanence qui peut caractériser au choix une forme d’utopie, d’impuissance ou simplement d’enracinement dans l’idéal humaniste de l’Ecole.



Un regard sur l'action du SNIDEN
au moment du changement politique de 1981

Le syndicat est installé rue Lalande à Paris, d'abord au n°21, avant d'acquérir les locaux plus spacieux qu'il occupe aujourd'hui au n°23


N°123.3 - 1980

1980 1233 mini

N°123.4 - 1980

1980 1234 mini

N°124 - 1982

1982 124 mini



Au début des années 1990, après le nouveau statut, l'avénement du SI.EN issu de la fusion du SNIDEN, du SNIET et du SNIIO


N°01 - Mars 1992

1992 01 mini

N°02 - Avril 1992

1992 02 mini
 

N°05 - Oct 1992

1992 05 mini

N°06 - Nov 1992

1993 06 mini
 

N°08 - Mars 19931993 08 mini

N°09 - Mai 19931993 09 mini

N°10 - Juin 1993

1993 10 mini

SNIDEN + SNIET + SNIIO = SIEN-FEN



N°01 - Sept 1993

1993 01 mini

N°02 - Oct 1993
1993 02 mini

N°03 - Nov 1993

1993 03 mini

N°04 - Déc 1993

1993 04 mini

N°05 - Mars 1994
1994 05 mini
 
N°06 - Avril 1994
 
1994 06 mini

Avril 1994
1994 06college mini
 
N°07 - Mai 1994

1994 07 mini
 
 
N°08 - Juin 1994
1994 08 mini
 
Juin 1994
1994 08corunik mini
 
N°09 - Sept 1994
1994 09 mini

N°10 - Oct 1994
1994 10 mini

N°11 - Nov 1994
1994 11 mini

N°12 - Déc 1994
1994 12 mini

N°13 - Jan 1995
1995 13 mini

N°14 - Fév 1995
1995 14 mini

N°15 - Mars 1995
1995 15 mini

N°16 - Avril 1995
1995 16 mini

N°17 - Mai 1995
1995 17 mini

N°18 - Juin 1995
1995 18 mini
 
N°19 - Sept 1995
1995 19 mini

N°20 - Oct 1995
1995 20 mini
 
N°21 - Nov 1995

1995 21 mini

N°22 - Déc 1995

1995 22 mini

N°23 - Jan 1996

1996 23 mini

N°24 - Fév 1996

1996 24 mini

N°25 - Mars 1996

1996 25 mini

N°26 - Avril 1996

1996 26 mini

N°27 - Mai 1996

1996 27 mini

N°28 - Juin 1996

1996 28 mini

N°28s - Juillet 1996

1996 28s mini

N°29 - Sept 1996

1996 29 mini
 
N°30 - Sept 1996

1996 30 mini

N°31 - Nov 1996
1996 31 mini

N°32 - Déc 1996
1996 32 mini

N°33 - Jan 1997
Vide150x210

N°34 - Fév 1997
Vide150x210

N°35 - Mars 1997

 1997 35 mini

N°36 - Avril 1997

1997 36 mini

N°37 - Mai 1997

1997 37 mini

N°38s - Juillet 1997

1997 38s mini

N°39 - Sept 1997

1997 39 mini

N°40 - Oct 1997
1997 40 mini

N°41 - Nov 1997
1997 41 mini

ESEN ESR humour

Nos collègues en formation à l'ESENESR nous ont transmis cette photo... Nous nous perdons en conjectures...

Arrêté du 28 février 2018 fixant la date de constatation des effectifs déterminant le nombre de sièges des représentants des maîtres aux commissions consultatives mixtes des établissements d'enseignement privés sous contrat
Consulter

Arrêté du 28 février 2018 portant cessation de la préparation et de la délivrance du brevet de technicien « dessinateur en arts appliqués » spécialités : « tapisserie de lice », « céramique », « volumes architecturaux » et « verrerie, cristallerie »
Consulter

Arrêté du 28 février 2018 relatif à des centres d'information et d'orientation de l'académie de Toulouse (Tarn, Aveyron)
Consulter

Arrêté du 5 mars 2018 fixant au titre de l'année 2018 le nombre de postes offerts à la session supplémentaire du concours externe de recrutement de professeurs des écoles stagiaires (académies de Créteil et de Versailles)
Consulter

Arrêté du 1er mars 2018 portant admission à la retraite (inspection générale de l'éducation nationale)
Par arrêté du ministre de l'éducation nationale en date du 1er mars 2018, M. Christian LOARER, inspecteur général de l'éducation nationale, est admis par limite d'âge, à faire valoir ses droits à la retraite à compter du 16 août 2018.

Arrêté du 1er mars 2018 portant admission à la retraite (inspection générale de l'éducation nationale)
Par arrêté du ministre de l'éducation nationale en date du 1er mars 2018, M. Eric FAVEY, inspecteur général de l'éducation nationale, est admis par ancienneté d'âge et de services, à faire valoir ses droits à la retraite à compter du 1er septembre 2018.
Delegation VP
Ce lundi 12 mars, le SI.EN et les autres syndicats de l'UNSA Education ont rappelé au Ministre et à son équipe leurs exigences en matière de voie professionnelle scolaire. Pour les lycées professionnels publics de demain, l’UNSA appelle à une ambition forte !


Joomla Extensions

Paramétrages de cookies

×

Cookies fonctionnels

Ce site utilise des cookies pour assurer son bon fonctionnement et ne peuvent pas être désactivés de nos systèmes. Nous ne les utilisons pas à des fins publicitaires. Si ces cookies sont bloqués, certaines parties du site ne pourront pas fonctionner.

Mesure d'audience

Ce site utilise des cookies de mesure et d’analyse d’audience, tels que Google Analytics et Google Ads, afin d’évaluer et d’améliorer notre site internet.

    Contenus interactifs

    Ce site utilise des composants tiers, tels que ReCAPTCHA, Google Maps, MailChimp ou Calameo, qui peuvent déposer des cookies sur votre machine. Si vous décider de bloquer un composant, le contenu ne s’affichera pas

    Réseaux sociaux/Vidéos

    Des plug-ins de réseaux sociaux et de vidéos, qui exploitent des cookies, sont présents sur ce site web. Ils permettent d’améliorer la convivialité et la promotion du site grâce à différentes interactions sociales.

    Autres cookies

    Ce CMS Joomla utilise un certain nombre de cookies pour gérer par exemple les sessions utilisateurs.