Les relations de l’IEN avec le Maire ou son représentant s’inscrivent dans le cadre des relations état-commune : elles sont fortement balisées, inscrites dans le marbre réglementaire et l’histoire de l’école républicaine. Il suffit de penser aux compétences obligatoires, liées à la propriété communale des locaux des écoles publiques, à la création et la rémunération agents territoriaux des écoles maternelles (ATSEM), au moins un par école,  ou encore à l’inscription des élèves soumis à l’obligation scolaire. En ce qui concerne les dépenses facultatives, la restauration et les activités périscolaires sont particulièrement identifiées. Sur tous ces dossiers et bien d’autres, l’IEN est amené à rencontrer régulièrement les services municipaux et les élus pour conseiller, réguler, parfois aussi rappeler le cadre réglementaire ou même alerter sur des dysfonctionnements notoires (sécurité...).
 

Le SI.EN UNSA appelle les inspecteurs à ne pas promouvoir le projet de "permis Internet" proposé par la Gendarmerie Nationale et de la compagnie d'assurances AXA. Il regrette le soutien du ministère de l'Education nationale à un dispositif diamétralement opposé aux démarches préconisées dans le cadre du socle commun des compétences, des connaissances et de la culture.
 

Le collectif RASED a rédigé un communiqué de presse afin d’insister sur le rôle et l’importance des RASED et de souligner leur caractère irremplaçable pour la réussite de tous les élèves.

Le SI.EN a participé à une rencontre, organisée par le Conseil Supérieur des Programmes, pour faire le point sur les nouveaux programmes en cours de rédaction pour l'Ecole maternelle.
 

Une lettre du DGESCO précise le rôle des inspecteurs de l'éducation nationale chargés d'accompagner la scolarisation en école maternelle.