T'es où ???

Cela n'étonnera  personne : je ne donne pas mon numéro de portable.

On peut travailler sans : étant de l'arrière-garde comme on le sait, j'ai fonctionné plus de vingt ans dans ce métier sans avoir recours à cette prothèse auditive, très discourtoise par ailleurs vis à vis des interlocuteurs - il n'est pas rare actuellement que des conversations soient interrompues au profit du téléphone , ce qui n'est tout de même guère correct- Je ne crois pas avoir déclenché des drames humains en procédant ainsi.

Mme XXX possède ce numéro et en fait un usage on ne peut plus raisonnable, ce à quoi chacun pourrait s'astreindre pour peu qu'il définisse très précisément ce qu'il met sous le terme "urgence". Or, très peu de nos contemporains en sont capables à l'évidence : tout est urgent, si bien que les ambulances embouteillent les rues.....

 

Que je sache, nous ne sauvons pas des vies ! Restons modestes....

Un appareil professionnel ne m'intéresse pas davantage : l'usage du portable n'est pas tellement un problème économique. C'est bien davantage un problème de définition de nos métiers et de nos missions. Avoir "un fil à la patte" recouvre un sens symbolique qui ne me convient pas du tout. Travailler signifie, je crois, être entre autre capable de traiter jusqu'au bout ce qu'on est en train de faire sans se disperser tant intellectuellement que techniquement. Le mail a bien assez envahi les champs professionnel et mental sans en rajouter.

Pour faire bonne mesure, le portable traduirait un peu plus l'inutilité des secrétariats. Il sera prétexte à nous harceler (le mot est adapté) à tout moment et n'importe où.

A ceux qui pensent que la prime au mérite se mesurera au nombre de coups de fil, on peut laisser le choix de s'aliéner. Mais les autres doivent avoir le choix de s'en dispenser.

Si téléphone professionnel nous avons, le mien sera coupé en voiture (c'est interdit), pendant les entretiens (c'est irrespectueux) et après une heure convenable une fois à domicile (c'est une sphère privée).

Et puis, abandonnons les illusions de Perrette : le téléphone, même high tech', n'est pas un objet de pouvoir ni de puissance : les gens vraiment puissants font téléphoner...

Pour finir, on aura compris que je ne rêve pas de "délirer H24 avec mes potes" comme y exhorte la pub qui en fait le sens de la vie ! Les conduites d'ado sont amusantes chez les ado.

C'était un peu long mais le culte du tout technologique est un sujet de société.

A ceux qui s'y intéressent de près, une lecture édifiante : celle de ECO & CARRIERE ("vous ne vous débarrasserez pas des livres")